Algérie : Les paradis
images.jpg
Statistiques

Date de création : 22.07.2008
Dernière mise à jour : 21.03.2012
3867articles


Equipe-national
Regroupement-de-l-equipe-national-d-Algerie-le-25-mai.jpg
Thèmes

revenu voiture roman histoire femmes argent bonne travail carte fleur photos jeune enfants couples enfants

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· L’INJUSTICE EN ALGERIE (242)
· Actualite en langue arabe (25)
· ARCHIVES DES ARTICLES (17)
· BLANCHIMENT D'ARGENT en alg (35)
· CHOMAGE EN ALGERIE (31)
· CHRETIENS EN ALGERIE (31)
· CORRUPTION EN ALGERIE (116)
· Crime crapuleux (92)
· CULTURE (23)
· Détournement d’argent (60)
· DROGUE (65)
· DROITS DE L'HOMME EN ALGERIE (47)
· Économie (190)
· Education (56)
· Emeutes En Algerie (50)
· Essais nucléaires français en Algérie (20)
· Exode des cerveaux alg (26)
· GAZA EN IMAGE (55)
· HARRAGA :Algérie, tes enfants te fuient (209)
· HISTOIRE 1830-1962 (54)
· Houari Boumédiène (3)
· Idees-debat (312)
· Jeunesse et désespérance (36)
· L'actualité en images (28)
· L'argent jeté par la fenêtre! (23)
· La tragédie des Harkis (27)
· LADDH M'SILA-ALGERIE- (13)
· Le cahier noir d’Octobre 1988 (39)
· L’Islam et la miséricorde (10)
· MALTRAITANCE DES ENFANTS alg (135)
· Moines de Tibhirine .. la vérité ? (42)
· Pas de panique, l'Etat veille (75)
· Pourquoi israeliens???? (26)
· PROCHE ORIENT (56)
· Réconciliation nationale (22)
· RELATIONS BILATERALES (32)
· SCENE INTERNATIONALE (15)
· Société (840)
· Sport (29)
· SUICIDE EN ALGERIE (104)
· TERRORISME EN ALGERIE (143)
· Tonton, combien ont-ils volé ? (86)
· Union pour la Méditerranée (19)
· Vie politique en algerie (67)
· Violence à l’égard des femmes alg (88)
· Wikileaks Algerie (12)

Corruption en algerie
366073af_1.jpg
Derniers commentaires tipaza ‑
tipaza20-20station20balneaire20pres20d27alger.jpg
Rechercher
L'injustice en algerie
34bac625_1.jpg
Articles les plus lus

· Wikileaks : l'Algérie pas épargnée par les révélations
· Les crimes les plus crapuleux en Algérie
· MEILLEUR JOUEUR AFRICAIN DE TOUS LES TEMPS
· Dette extérieure algérienne 440 millions de dollars
· Une jeune fille retrouvée toute nue et poignardée

· De violents affrontements entre Chinois et Algériens à Bab
· Quand Hafid Derradji boycotte Israël
· Ghardaïa : Plus qu’une simple ville d’Algérie
· relation algerie israel
· Toufik, Guenaïzia et l’avenir du DRS
· L’Algérie parmi les dix plus gros importateurs d’armes..
· Ennahar publie la dernière image de l’assassinat de Hasni
· La Cour suprême n’est pas une voie de garage »
· Une fille agressée à l’université de Blida
· Azazga / Un boucher se suicide

Voir plus 

Ghardaia
images-1.jpg
Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· Pourquoi israeliens????
· La tragédie des Harkis
· PIEDS NOIRS ..Le malentendu
· Histoire des Juifs en Algérie
· CHRETIENS EN ALGERIE
· L’Islam et la miséricorde
· Hogra en algerie TV
· kabyles.net
· el watan


Images
Sahara d'algerie
pt40635.jpg
plages-alger-algerie
autres-mers-et-plages-alger-algerie-1256024919-1151567.jpg
Propriétaire du blog

 

Propriétaire du blog Hogra en algerie
Amroune Layachi
Membre de La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l'Homme section M'sila
tel:06.62.74.11.54  - 035.54.80.97

Ghardaïa : Plus qu’une simple ville d’Algérie

Publié le 15/09/2010 à 12:19 par hogra Tags : roman histoire femmes argent bonne travail carte fleur photos jeune enfants couples
Ghardaïa : Plus qu’une simple ville d’Algérie

Ghardaïa : Plus qu’une simple ville d’Algérie

Plus qu’une simple ville d’Algérie Si l’on arrive à Ghardaïa  pour la première fois, avec en tête une carte postale représentant une ascension de maisons étagées, solidairement construites,  surmontées d’une tour visible de loin, on risque à coup sûr d’être déçu, une fois le panneau annonçant la ville dépassé. Après avoir traversé le centre de Berriane, à une dizaine de kilomètres plus en avant, et son important service d’ordre stationné le long de la rue principale, signe de turbulences sociales, la capitale du M’zab paraît certes paisible, mais ne révèle pas encore tout de ses secrets. C’est en y séjournant même pour peu de temps, que la ville vous incite à mieux la connaître, à en découvrir ses charmes aussi discrets que ses habitants, à s’offrir comme une fleur du désert aux passagers à la recherche d’une histoire particulière semée de quelques légendes agréables à raconter. Nous sommes à plus de 600 km d’Alger et de son stress, de ses administrations centrales, de ses bruits confus et de la crispation de ses habitants. Ici, tout est sourire et chacun se fait un devoir de vous montrer votre chemin, voire de vous y accompagner.  Il vous suffit juste de l’aborder. Fait vestimentaire frappant, le haïk blanc porté par les femmes et le pantalon traditionnel ample avec une calotte claire sur la tête pour les hommes. On vous expliquera très rapidement que les femmes aux visages découverts sont célibataires et que celles qui serrent le haïk au milieu du visage, ne laissant qu’un œil découvert, sont mariées. Un code social qui permet de poser les limites de l’intention. C’est qu’ici nous sommes dans le territoire privilégié du rite ibadite et les coutumes sont conservées aussi bien dans la vie familiale qu’à l’extérieur. Les Ibadites représentent moins de 1% des Musulmans dans le monde et fondent leur rite sur les principes de la foi, du travail et surtout de l’égalité, des valeurs perdues dans l’ensemble du pays. Un Islam « pratiqué dans la vie » pour paraphraser un britannique qui se serait intéressé à la question. Cela dure depuis un millénaire et la pentapole érigée dans le creux de l’Oued M’zab, à 500m d’altitude sur un terrain rocheux, arbore avec fierté ses cinq cités. Celle dont on parle le plus, la benjamine Beni Izguene, vole quelque peu la vedette par le nombre de visiteurs qui la sillonnent sous la conduite d’un guide, qui avertit chaque groupe d’éviter de prendre des photos sauf des endroits autorisés et de laisser passer les femmes en serrant à droite, lors de l’escalade de ruelles étroites semblables à celles des médinas maghrébines. Les puits qui s’égrènent le long de l’itinéraire, jouxtent un palier chacun. Chacun des palmiers est destiné par sa production à fournir l’argent nécessaire à l’entretien de la mosquée. L’importance de l’eau, et de son économie dans cette région aride, fait partie de la culture locale, son gaspillage est fortement contrôlé par toute la communauté. Un exemple à suivre particulièrement dans un  pays où le rapport à l’eau est confus et coûte en investissements de quoi faire face à d’autres priorités. La société ibadite puise son ingéniosité et l’intelligence d’une bonne gouvernance spatiale dans un mode religieux privilégiant la durabilité des ressources et la transmission des valeurs fondatrices.

Cela ne va pas sans une discipline qui peut paraître épuisante pour qui n’y est pas né. En fait, les Mozabites sont éduqués dès le jeune âge à respecter les conditions d’une vie commune, proche des concepts du socialisme ou dirons-nous d’un solidarisme typiquement ibadite. L’enfant apprend dès le jeune âge à utiliser son temps entre l’école publique et l’école coranique sans perdre un seul instant. L’apprentissage du Coran est sacré, et la langue arabe occupe une place prépondérante au côté de la langue berbère, ce qui n’empêche personne d’apprendre aussi  d’autres langues. On peut penser que la liberté des femmes est restreinte à la seule procréation et l’éducation des enfants, si l’on porte un regard occidental sur la condition féminine. Mais il faut savoir que celle des hommes se termine au seuil du foyer. La femme mozabite est réellement le chef de la famille et c’est d’elle qu’émanent les décisions dans l’organisation familiale. D’ailleurs, un conseil des femmes se tient chaque année dans l’un des ksours et on y débat de tout ce qui concerne la vie sociale. Au terme de cette réunion, les recommandations sont totalement prises en compte par le comité des sages, organe suprême de l’organisation politique de la cité. Par ailleurs, les mariages sont organisés collectivement et regroupent aussi bien les concernés que les invités en une soirée qui se passe de tout gaspillage propre aux mariages des autres villes et dans la ferveur religieuse. La dot est la même pour tous les couples et les contrevenants sont dénoncés publiquement au risque d’une excommunion. La communauté ibadite est la seule où la population par son action de solidarité ne connaît pas le chômage sans pour cela que l’Etat n’intervienne dans les équilibres sociaux. D’ailleurs, il est rare de rencontrer des mendiants dans la ville de Ghardaïa. Ces derniers appartiennent en réalité à d’autres communautés ou alors viennent d’autres villes. La ville adopte la sieste comme hygiène de vie et pour ceux parmi les touristes, qui désirent faire des achats particulièrement d’articles d’artisanat, il est bon de suivre le rythme de la ville où les commerces ouvrent à partir de neuf heures pour fermer avant la prière de l’Asr et rouvrir vers 16 ou 17 heures pour fermer à nouveau vers 19 heures. La vie est rythmée par la prière, condition d’appartenance à la communauté musulmane tout autant qu’ibadite. Les petits projets bénéficient depuis quelques années de crédits sans intérêt en provenance d’une banque algéro-suisse, dont le conseil d’administration comprend les notables de la ville. Cette formule obéit à la démarche de ce qu’il convient d’appeler la finance islamique mais avait trouvé un terrain fertile de développement dans les enseignements du rite dominant dans la région.  Le plus significatif dans cette région où des conflits préfabriqués entre communautés de rites différents ont envenimé les relations sociales, c’est la capacité des uns et des autres à faire passer l’intérêt général avant l’intérêt communautaire. C’est de cette capacité à vouloir appartenir à un espace géographique commun que naît l’esprit de grandeur propre à la région de Ghardaïa. C’est ce qui nous permet de dire en la quittant qu’il ne s’agit pas seulement d’une simple ville d’Algérie mais plutôt d’un exemple qui pourrait inspirer toute l’Algérie.

Le Quotidien D'Algerie





DERNIERS ARTICLES :
Propriétaire du blog hogra EN ALGERIE
ce qui bouge..est sur hogra blog Bonjour! ...... Bonsoir! "Je donne mon avis non comme bon mais comme mien." Montaigne   Hogra Centerblog | Facebook Hogra centerblog t
La lutte contre la corruption ou sa vulgarisation???.
La lutte contre lacorruption ou sa vulgarisation??? AMROUNE Layachi Apparemment,nous sommes arrivés à une étape ou il est difficile de vivre dans un air pollué par des fa
Drame en Algerie : Ces enfants qui se suicident…
Drame en Algerie : Ces enfants qui se suicident…   Trois enfants âgés de 11 à 12 ans ont été retrouvés morts par pendaison, dimanche et lundi derniers, dans trois village
Suicides,violence,fugue, drogues, Harga.. LA DIGNITÉ
Suicides,violence,fugue, drogues, Harga(ALGÉRIE DE LA DIGNITÉ)   Un article qui coupe le souffle, deux suicides en une semaine à Tizi Ouzou, trois membres de la même fami
Tizi Ouzou; Un enfant de 11 ans se suicide
Tizi Ouzou Un enfant de 11 ans se suicide Le village Adrar dans la commune des Aghribs au nord-est de la wilaya de Tizi Ouzou a été secoué dans l’après-midi du dimanche
forum